[ Album ] Maudite soit la guerre – Cycle 2, Cycle 3

FavoriteLoadingAjouter aux favoris
VN:F [1.9.22_1171]
4.1/5 (26 votes)

Maudite soit la

Auteur : Didier Daeninckx & Pef

Genre :

Proposé par : Adam Craponne

Thèmes abordés : , , , guerre, Creuse, Limousin, , monument aux morts, , gare,

Avis : Récemment nous avions évalué à une demi-douzaine de romans historiques, les ouvrages où l’auteur envoyait pour diverses raisons un jeune sur le front. Avec l’album « Maudite soit la guerre », on se doute que ce n’est pas a priori pour « casser du boche », surtout si c’est Didier Daeninckx qui est au scénario et Pef à l’illustration.

Dans le village, qui se révèlera en fin de récit, de Gentioux (au sud-ouest de la Creuse) ; ce village est connu pour posséder un monument aux morts sur lequel on découvre l’inscription « Maudite soit la guerre » à côté de la statue d’un orphelin le poing levé. Le récit débute en avril 1917 et le récit ouvre sur une salle de classe, où l’on voit un élève Fulbert Delorge (le héros) qui apporte sa bûche pour le poêle de l’école et l’instituteur a proposé un sujet très concret de rédaction, à savoir écrire à son père au front. Le lendemain, en croisant le facteur (véritable sosie de celui de Jour de fête tourné par Jacques Tati en 1947 à Sainte-Sévère-sur-Indre, un autre village creusois), le personnage principal décide de partir amener sa lettre à son père. Il prend le train de Paris à Felletin et arrive à la gare d’Austerlitz (précision apportée par nous-même), de là il rejoint la gare de l’est (dessinée pour partie) en direc
tion de Soissons. C’est justement l’époque de l’offensive Nivelle, qui fut des plus tragiques sur le Chemin des dames. Grâce à la complicité d’un poilu, il arrive à approcher du lieu où son père combat ; toutefois il s’égare et arrive dans le no man’s land. Que va-t-il lui arriver ?

On opte pour un dénouement dans l’esprit des adultes d’aujourd’hui et la sensibilité enfantine. Reste encore à savoir pourquoi et comment Fulbert Delorge a servi de modèle pour l’enfant du monument aux morts de Gentioux.

Une double-page documentaire, bien illustrée avec des documents d’époque et une photographie récente de l’édifice prétexte au récit, trace à grandes lignes les caractéristiques du conflit et évoque Jaurès. Si cet album est sorti fin juin 2014, il a été précédé en octobre 2013 chez le même éditeur par « Il y a » un poème de Guillaume Apollinaire illustré par Laurent Corvaisier et suivi fin août 2014 par « La maîtresse ne danse plus » d’Yves Pinguilly et Zaü (présent sur cette base). Ces trois albums traitent de façon originale de la Grande Guerre tant du point de vue des combattants que de l’arrière. (laissez votre avis dans les commentaires)

+ sur la liste « debat-reflexion »
+ sur la liste « pour-ecrire »

Résumé : Avril 1917. A l’école, Fulbert, onze ans, doit imaginer une lettre de soutien aux soldats dans les tranchées. Il a alors une idée : porter en secret sa rédaction à son père qui se trouve justement au front, sur le Chemin des Dames. La présence d’un enfant jette le trouble sur le champ de bataille : de part et d’autre, en français et en allemand, on crie : Halte au feu ! Feuer eistellen ! Une histoire inspirée du monument aux morts du village de Gentioux, dans le Limousin, représentant un enfant qui lève le poing devant l’inscription : Maudite soit la guerre.

Séances / séquences : Chez –

 

[ Album ] Maudite soit la guerre - Cycle 2, Cycle 3, 4.1 out of 5 based on 26 ratings
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Partagez votre avis...

monecole.fr participe au programme partenaires d'Amazon Europe S.A.R.L, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.