[ Poésie ] Les gens polis ne font pas la guerre à autrui – Cycle 2, Cycle 3, Collège

FavoriteLoadingAjouter aux favoris
VN:F [1.9.22_1171]
4.6/5 (13 votes)

Les gens polis ne font pas la guerre à autruiLes gens polis ne font pas la guerre à autrui

Auteur : Jacques Thomassaint & Pierre Rosin

Genre :

Proposé par : Adam Craponne

Thèmes abordés : guerre

Avis : Dans ces années 2014 à 2018 où la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale va s’égrainer, il est fort utile de disposer d’une approche variée de la guerre par la poésie. Rappelons que sur le texte d’époque « Il y a » de Guillaume Apollinaire, Laurent Corvaisier avait proposé en 2013 des illustrations chez l’éditeur Rue du monde. Des extraits d’autres poèmes d’Apollinaire peuvent d’ailleurs fournir des modèles à imiter par des élèves du primaire ou du secondaire.

Certes Guillaume Apollinaire fournit déjà des modèles à imiter, toutefois ceux proposés par Jacques Thomassaint sont plus accessibles à des enfants de l’école élémentaire car plus simples dans la forme et le vocabulaire, tout en gardant une forte puissance d’évocation. De ce dernier, instituteur puis rééducateur, on avait déjà découvert en 1991 « Conte et (ré)éducation » où il présentait en particulier les 31 fonctions définies par Propp et les 7 rôles que peuvent porter les personnages.

La connaissance que Jacques Thomassaint a de l’univers des contes, de l’imaginaire enfantin, des comptines et des poésies apprises en classe constituent un bon socle d’inspiration. Il sait ajouter ponctuellement à cela une dose de comique de situation et une pincée de jeux de mots comme les apprécient les jeunes d’une petite dizaine d’années. Soc et Foc est l’éditeur de « Les gens polis ne font pas la guerre à autrui ».

Ainsi la poésie « Une ! Deux ! Une ! Deux !  » est-elle un clin d’œil à celle de Prévert sur les Carolingiens et Capétiens s’appelant « Louis », où ces souverains sont dits ne pas savoir compter jusqu’à 20, puisqu’à Louis XVI succède un Louis XVIII. Une attaque d’un autre poème est une allusion à la formule « croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ». Composés d’une vingtaine à une cinquantaine de mots, ces textes militent pour un monde sans guerre. Ils disent parfois compter sur les enfants et les mères pour le dire haut et fort. L’illustration apporte un supplément d’âme au texte. (laissez votre avis dans les commentaires)

Résumé :

Séances / séquences : Chez –

 

[ Poésie ] Les gens polis ne font pas la guerre à autrui - Cycle 2, Cycle 3, Collège, 4.6 out of 5 based on 13 ratings
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Partagez votre avis...

monecole.fr participe au programme partenaires d'Amazon Europe S.A.R.L, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.