[ Roman ] La grammaire est une chanson douce – Cycle 3, Collège

FavoriteLoadingAjouter aux favoris
VN:F [1.9.22_1171]
4.0/5 (66 votes)

La est une chanson douce

Auteur : Erik Orsenna

Genre : Conte poétique grammatical

Proposé par : Sihtamenamor

Thèmes abordés : Langue française, , grammaire,

Avis : J’ai beaucoup aimé cette simple et jolie histoire avec ses clins d’oeil à des personnages contemporains et plus anciens, ses métaphores, et puis surtout sa grande poésie.
Un livre plein de douceur où l’académicien, Erik Orsenna nous invite à partager son amour des mots dans cette « promenade au pays de la langue française ». ♥

Certains passages pouvant s’avérer un peu compliqués pour les élèves, les difficultés peuvent être atténuées -ou éventuellement sautées- si la lecture est accompagnée par un adulte.

J’imagine plus une utilisation en racontant plus qu’en lisant et en piochant des parties de texte dans le récit afin de montrer aux élèves que l’on peut jouer avec les mots et leur faire voir notre langue sous un aspect amusant et poétique.

On pourra aussi éventuellement faire découvrir qui sont les personnages rencontrés de manière voilée dans le livre, personnages qu’ils ont sans doute rencontré durant leur parcours scolaire pour ce qui est de St-Exupéry et Jean de La Fontaine pour les élémentaires (Marcel Proust pour les collèges ?).

Pour Monsieur Henri Salvador, on peut faire connaître et écouter aux élèves sa chanson douce dont on retrouve une partie des paroles dans le livre.

On peut utiliser les indices donnés par le texte ou les illustrations afin de faire reconnaître les personnages avant ou bien après en leur faisant chercher les indices qui permettent de les identifier. A voir… (laissez votre avis dans les commentaires)

+ sur la liste « « etude-de-la-langue »

Résumé : Suite à un naufrage, Jeanne et Thomas échouent sur l’île des mots. Ils y sont accueillis par Monsieur Henri qui cherche des rimes à sa chanson douce « la petite biche est aux abois, Dans le bois se cache le loup, Ouh, ouh, ouh, ouh, … ». Ce dernier va les guider et les aider à retrouver la parole car la tempête leur a arraché tous les mots.
Alors que Jeanne va davantage se tourner vers les mots, Thomas, lui, serra plus attiré par la musique.

Au cours de leur découverte de l’île, ils vont découvrir toutes sortes de choses et de personnes comme la nommeuse, celle qui évite que les mots rares ne tombent dans l’oubli, car chaque jour trop de langues dans le monde disparaissent. Une langue c’est précieux.

Ils apercevront la ville des mots et ses différentes tribus : les noms qui aiment se balader avec les articles et qui adorent se costumer dans les magasins d’adjectifs, les prétentieux pronoms…

Ils y verront aussi l’hôpital,où l’on trouve les mots malades qui ont perdu leur force. Ceux qu’on a dénaturé à force de les prononcer trop souvent à tort et à travers.

Ils apprendront comment fonctionne l’usine à phrases où on rencontre les verbes, qui sans arrêt travaillent, et puis deux surtout, particulièrement gentils, qui s’agitent dans tous les sens, être et avoir, qui proposent leur service à tout le monde. C’est pour ça qu’on les appelle des auxiliaires (du latin auxilium qui veut dire secours).
Jeanne, armée de son filet à papillon essaiera même de faire une phrase. Mais attention, une phrase c’est comme un arbre de noël. On commence avec le sapin nu et puis on le décore à sa guise, mais il faut être prudent car si on le charge trop il peut s’écrouler…

Enfin, Jeanne ouvrira la porte interdite de l’usine, celle où se trouvent des hommes disparus mais qui continuent à vivre à travers les mots qu’ils ont laissé…
Elle en rencontrera quelques uns. L’un d’eux d’ailleurs est un écrivain pilote dont l’avion repose au fond de l’eau…

Déjà 2 hydravions se profilent à l’horizon avec les parents des deux enfants à leur bord.
Des parents qui délaissent les mots puisqu’ils ne se parlent plus. Mais à leur approche tous les mots de l’île s’envolent vers eux, « les mots sont de petites bêtes sentimentales. Ils détestent que deux êtres-humains cessent de s’aimer. (…) Pour eux le désamour, c’est du silence qui s’installe sur Terre. Et les mots haïssent le silence »…
Mais les mots et la musique n’ont pas tous les pouvoirs, ils ne peuvent pas toujours faire recommencer l’amour, ce qui n’empêche pas d’essayer. C’est ce que font les hommes depuis des millénaires.

Séances / séquences : Chez Lutin Bazar – Chez Beameline

 

[ Roman ] La grammaire est une chanson douce - Cycle 3, Collège, 4.0 out of 5 based on 66 ratings
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  1. Un livre fantastique pour son approche très différente de la grammaire.
    Personnellement je ne le lirai pas comme un roman en classe, en revanche, il faut l’avoir et je lis certains passages chaque année à mes élèves.
    (notamment, l’arrivée sur l’ile des mots (ou le pays des mots, je ne sais plus) avec la rencontre de tous les mots, leurs métiers, leurs particularités…)

  2. C’est ce que je pense aussi, à mon avis comme je l’ai écrit, il vaut mieux piocher des passages.

  3. Merci pour cette page internet qui ma beaucoup servi pour le résumé!!! 😀 😀 se livre ma beaucoup plus!! Mais le début était un peu long

  4. Merci pour cette page internet qui ma beaucoup servi pour le résumé!!! 😀 😀 se livre ma beaucoup plus!! Mais le début était un peu long

  5. un site interessant

  6. J’ai beaucoup aime ce livre 😀

  7. J’ai pas super bien aime mais le resume est bien et j’ai bien aime quand Jeanne et son frere ont fait naufrage sur l’ile. 😉 🙁

  8. je n’ai pas vraiment aimé ce livre

Partagez votre avis...

monecole.fr participe au programme partenaires d'Amazon Europe S.A.R.L, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.