[ Roman ] Le prince Dragos – Cycle 3

FavoriteLoadingAjouter aux favoris
VN:F [1.9.22_1171]
5.0/5 (3 votes)

Le prince Dragos

Auteur : Claudy Leonardi

Genre :

Proposé par : Adam Craponne

Thèmes abordés : , Autriche, Hongrie, Slovaquie, Moldavie, , , Roumanie

Avis : On a là un ouvrage qui vient en complément du titre « Fédia et les petits jaseurs de la taïga: contes et poèmes des pays slaves » puisqu’ils partagent tous deux l’idée de présenter des contes de Croatie, Serbie et Bulgarie. Toutefois le Danube ne traversant pas que des régions slaves, se trouvent là également des contes d’Allemagne, Autriche, Hongrie et Moldavie. De plus on se réjouit d’avoir un conte slovaque. Si la France a Charles Perrault, l’Allemagne a ses frères Grimm, le Danemark Andersen, l’Angleterre Joseph Jacobs, la Russie Alexandre Afanassiev et la Slovaquie a Pavol Dobsinsky. Né le 16 mars 1828 et décédé le 22 octobre 1885, il a réécrit en 8 volumes 90 histoires tirées du folklore en les adaptant plutôt pour un jeune public. Dans le récit proposé, en suivant des serpents, un jeune berger découvre une grotte remplit de trésors et il est amené à choisir entre la peur qu’il a d’un dragon et celle qu’il a de sa femme. Les autres récits de l’univers slave ne manquent pas de fraîcheur.

Se succèdent, en suivant le cours du Danube de sa source à son embouchure, divers récits tirés des frères Grimm à savoir « Les douze frères » et « Jean le chanceux », deux légendes autrichiennes d’après Josef Petschan intitulées « La nuit sauvage » et « L’ermite de l’île de Wörth », le conte slovaque « Le berger et le dragon » inspiré par Pavol Dobsinsky, deux histoires hongroises « L’arbre qui caressait le ciel » et « Le roi et le berger qui ne savait pas mentir », deux contes croates « La louve » et « Mirko l’invincible », le récit serbe « Les neuf paons et les pommes d’or » d’après Vuk Kardzic, le récit « Petite Aurore » venu de Bulgarie, les contes moldaves « Le prince Dragos » et « Le Maure blanc ».

Il s’avère que la table des matières en fin de livre est exacte toutefois des modifications ont été opérées au dernier moment par l’éditeur. En conséquence je n’ai pas trouvé « Jean le chanceux » ainsi que le conte serbe « Les trois pommes d’or », tous deux cités page 147 mais par contre j’ai vu le récit « La fée des montagnes », non évoqué à la même page et originaire de Roumanie. Notons que le saxon Ludwig Bechstein a d’abord mis par écrit « Jean le chanceux » et que celui-ci a été repris par les frères Grimm. Il s’agit d’une histoire d’échanges dans la veine de « Ce que fait le vieux est bien fait » d’Andersen, avec toutefois une fin nettement moins heureuse. La légende de Dragos nous évoque un jeune courageux et brave prince Dragos qui était si beau qu’il était surnommé « le Soleil de Maramures » (comprendre « le Soleil de la Valachie »). C’était un grand chasseur ; un jour, pendant qu’il se trouvait dans une forêt il poursuivit une biche. Cela l’amena à rencontrer une jeune fille qui lui prédit qu’il chasserait les Tatars des lieux et deviendrait ensuite le souverain de ce pays. Toutefois c’est son combat contre un monstrueux buffle qui nous est raconté là. L’auteure a sérieusement épuré ce conte, elle nous avait prévenus au tout début de l’ouvrage qu’elle voulait éliminer les scènes violentes. Toutefois ici, on a l’impression que le récit a perdu l’essentiel de son souffle.

Josef Petschan, avec « L’ermite de l’île de Wörth », nous ramène en 1540, à un moment où un comte du Tyrol décide d’amener son épouse voulait vers la ville de Vienne. Claudy Leonardi ajoute que c’est afin de la présenter à l’empereur du Saint Empire Romain Germanique. Claudy Leonardi fait l’impasse sur la date mais on la trouve dans le conte d’origine ; par contre à cette époque, à Vienne on ne rencontre guère l’empereur en question qui était Charles-Quint mais plutôt Ferdinand Ier le frère du précédent. C’est l’histoire d’un naufrage sur le Danube où le fait que les époux se croient mutuellement noyés, les amènent à douze ans de séparation. Le récit « Les douze frères » est originaire de Hesse, ce qui nous amène assez loin du cours supérieur du Danube. Pour une fois ce sont les garçons qui devront être sacrifiés pour qu’une fille règne et on demandera une autre chose extraordinaire, à savoir à une fille de se taire pendant sept ans. Paru chez L’Harmattan en 2019, l’ouvrage, sans aucune illustration, compte 149 pages. (laissez votre avis dans les commentaires)

[ Roman ] Le prince Dragos - Cycle 3, 5.0 out of 5 based on 3 ratings
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Partagez votre avis...

monecole.fr participe au programme partenaires d'Amazon Europe S.A.R.L, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.