20 nouvelles à chute – livre et séquence

Etudier un genre littéraire complet a toujours été une grande satisfaction dans ma classe. Il y a quelques années, je vous avais proposé une séquence sur la nouvelle, notamment la nouvelle à chute. Malheureusement, il n’existe pas beaucoup de nouvelles à chute pour les élèves de 8 à 11 ans (CE2, CM1, CM2). C’est ce constat qui m’a donné envie d’écrire depuis longtemps un recueil de nouvelles à chute, genre que j’adore particulièrement. Je suis donc ravi de vous le présenter aujourd’hui, ainsi que la séquence et les documents élèves qui l’accompagnent. Vous pouvez dès maintenant retrouver le livre dans la boutique.

Pourquoi étudier la nouvelle à chute en classe ?

  • Son format court permet d’étudier des textes complets, plutôt que des extraits.
  • Le travail en classe peut être immédiat avec lecture et débat / compréhension.
  • Elle permet aux élèves d’écrire de vrais textes de genre.
  • La nouvelle ne s’embarrasse pas d’explicitation de la situation, du récit. L’implicite y est souvent très important et cela demande une lecture fine : elle permet des discussions de lecture très riches.
  • Le texte court permet de véritablement chercher dans tout le récit pour comprendre le fonctionnement d’un texte, d’un œuvre, d’un auteur même.

Le livre et les docs péda

Comme le titre l’indique, le livre comporte 20 nouvelles à chute et propose différents types de chute. Bien qu’entre 2 et 4 pages, les nouvelles sont d’une difficulté variable, ce qui permet de s’adapter aux classes de CE2, CM1, CM2.

La séquence clé en main proposée comporte 8 séances de lecture / écriture ainsi que des activités supplémentaires facultatives. Comme à chaque fois, un seul livre est nécessaire en classe pour mettre en place la séquence, tous les documents élèves permettent aux élèves d’avoir accès aux textes nécessaires.

Pour une utilisation différente

Si vous ne souhaitez pas mener une séquence sur le genre de la nouvelle à chute en classe, vous pouvez aussi simplement proposer ce livre dans le cadre d’un rallye lecture. J’ai créé 20 questionnaires sur rallye-lecture.fr soit un questionnaire par nouvelle :

  1. Celine dit :

    Bonjour,
    Je suis enseignante de français aux Etats-Unis et je suis très intéressée par le Pack Class Nouvelles à Chute. Est-ce que ce pack comprend les livres au format numérique? Et si non, est-ce que vous expédiez les livres aux Etats-Unis?
    Merci d’avance.

  2. Manon Wicky dit :

    Merci Lorin, je vais tout de suite aller l’acheter! J’adore ce genre aussi. Connais-tu la nouvelle d’asimov Pauvres imbéciles? elle est tout à fait adaptée au cycle 3 CM1 ou CM2. On peut faire une mise en scène de théâtre avec les nouvelles à chute. La voici pour ceux que ça intéresse:
    Pauvres imbéciles, Isaac Asimov
    Naron, qui appartenait à la race rigellienne à longue vie, était le quatrième de sa lignée à tenir les dossiers galactiques.
    Il avait le grand livre qui contenait la liste des nombreuses races qui, dans toutes les galaxies, possédaient une intelligence, et le livre bien plus petit où étaient inscrits les noms des races qui avaient atteint la maturité et s’étaient qualifiées pour la Fédération galactique.
    Dans le premier livre, un certain nombre de celles qui étaient enregistrées étaient barrées; celles qui, pour une raison ou pour une autre, avaient échoué. Le malheur, les imperfections biochimiques et biophysiques, l’inadaptation sociale avaient prélevé leur droit de passage.
    Dans le petit livre, pourtant, aucun membre enregistré n’avait été jusqu’à présent barré.
    Et maintenant, Naron, grand et incroyablement âgé, levait la tête, alors qu’approchait un messager.
    – Naron, dit le messager. Grand Naron !
    – Bon, bon, que se passe-t-il? Pas tant de cérémonies !
    – Un nouveau groupe d’organismes a atteint la maturité !
    – Excellent, excellent. Ils évoluent rapidement maintenant. Il ne se passe guère d’années sans qu’il y en ait un nouveau. Et qui sont ceux-là?
    Le messager donna le numéro de code de la galaxie et les coordonnées du monde en son sein.
    – Ah ! oui, dit Naron. Je connais ce monde.
    Et d’une écriture élégante, il le nota dans le premier livre et transféra son nom dans le second, se servant, comme d’habitude, du nom sous lequel la planète était connue de la plus grande fraction de la population. Il écrivit : Terre.
    – Ces nouvelles créatures, dit-il, ont établi un record. Aucun autre groupe n’est passé si rapidement de l’intelligence à la maturité. Pas d’erreur, j’espère.
    – Non, monsieur, dit le messager.
    – Ils possèdent bien la puissance thermonucléaire, n’est-ce pas ?
    – Oui, monsieur.
    – Bon, c’est le critère, gloussa Naron. Et bientôt leurs vaisseaux partiront en expédition et contacteront la Fédération.
    – En fait, Grand Naron, dit le messager, les observateurs nous disent qu’ils n’ont pas encore pénétré dans l’espace.
    Naron était stupéfait.
    – Pas du tout ? Pas même une station spatiale ?
    – Pas encore, monsieur.
    – Mais s’ils possèdent la puissance thermonucléaire, où donc font-ils leurs expériences et leurs explosions?
    – Sur leur propre planète, monsieur.
    Naron se leva et, du haut de ses six mètres, il tonna :
    – SUR LEUR PROPRE PLANETE !
    – Oui, monsieur.
    Naron sortit lentement son stylo et fit un trait sur le dernier ajout dans le petit livre. C’était un acte sans précédent, mais Naron était très sage et pouvait voir l’inévitable tout aussi bien que n’importe qui dans la galaxie.
    – Pauvres imbéciles, murmura-t-il.
    Cette histoire parut dans le numéro de février 1958 de Future. Elle exprime toute l’amertume de l’auteur face au danger nucléaire qui s’accrut quand les Etats-Unis et l’Union soviétique eurent tous deux la bombe H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.